Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 15:06

Nietzsche il rebelleDomenico Losurdo est l'auteur du livre "Nietzsche, il ribelle aristocratico. Biografia intellettuale e bilancio critico" paru en 2004 en Italie aux éditions Bollati Boringhieri. Malheureusement non encore traduit en France mais l'italien se laisse aisément comprendre. Nietzsche le rebelle aristocrate, la formule est juste et mérite d'être mise en relief. Une formule qui n'est pas sans évoquer celle naguère de Georg Brandes parlant du radicalisme aristocratique de Nietzsche et que ce dernier avait appréciée.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 09:48

venise Il existe une parenté spirituelle qui unit les poètes par-delà le temps et qui amène leurs pas à Venise. C'est le cas de Friedrich Nietzsche et Olivier Mathieu. Aurore de Nietzsche, sous-titré Réflexions sur les préjugés moraux, a été rédigé dans la cité lacustre. Olivier Mathieu y a également séjourné à de nombreuses reprises et son dernier recueil de poèmes Les derniers feux du bel été (Editions des Petits Bonheurs, 2011) consacre plusieurs poèmes à la Sérénissime.

 

"Ainsi la lune pleine trône,

Ainsi trône la pleine lune

Au haut des escaliers de marbre

Et il faut attendre longtemps

(Parfois la longue attente est vaine)

Pour que passe humain ou humaine

Et s'arrête de temps en temps

Et je fus sur le front de guerre

Ainsi, jusqu'au dernier minuit.

 

Bien plus tard, Venise s'éveille

(Aux marchés, les poissonniers crient),

Venise qui sans cesse meurt

Et je porte déjà le deuil

Des soleils qui se lèveront

Bien après ma mort sur Venise.

 

C'est le grand soleil maintenant

Qui brûle sur le marbre blanc

Où reflets de la lune, hier

Et lampions de couleur glissèrent.

 

Et plus tard, Venise s'éveille

Mais c'est le vieux Comte qui veille

Sur tout instant mélancolique:

Tous les voyages sont fortuits

Si ce n'est le dernier voyage.

Et si l'instant mélancolique

Se sut peut-être poésie,

Il ne se saura point poème.

La plus grande question peut-être

Est, même s'il ne semble pas:

Mais faut-il, en quittant Venise,

Se tourner jamais en arrière?

Saluer, sur l'arche du pont,

Plus loin qu'au coin de la ruelle

Tous m'ont oublié, toutes elles,

Un signe de main qui s'éloigne?

Conserver d'un adieu l'image?

L'été meurt, tristesse infinie."

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 13:42

bella-principessaA l'heure de la grand-messe médiatique autour du prix Nobel de la Paix et son tombereau de pseudo bons sentiments (en fait purement idéologiques), la Nietzsche académie lance le prix Nietzsche de la Guerre... pour le Beau. Le Nobel de la Paix récompense les personnes ayant oeuvré pour le "bien" de l'humanité, le Nietzsche de la Guerre récompensera à titre purement honorifique à partir de cette année une personne physique ou morale ayant oeuvré pour le beau de l'humanité et sa tension vers une surhumanité. Seule la beauté sauvera le monde, a écrit Dostoïevski. La guerre pour le beau seule nous sauvera du nihilisme ambiant. Une guerre du goût, pour paraphraser Philippe Sollers. La seule guerre qui vaille d'être menée.

Le Nietzsche de la Guerre est décerné cette année 2011 à la société Lumière Technology (http://www.lumiere-technology.com/index.htm) pour avoir authentifié un treizième portrait du Bon Européen Leonardo da Vinci, à savoir le profil de La Belle Princesse (La bella principessa, portrait de la jeune Bianca Sforza) à la pure beauté nordique.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 12:15

saint-loup portrait"Saint-Loup nous a quittés au solstice d'hiver 1990. Ecrivain engagé, il aura pris "parti" toute sa vie. Moralement et physiquement. S'il a acquis une grande notoriété littéraire, c'est après avoir été champion sportif, guerrier, explorateur intrépide... et proscrit, longtemps condamné à mort par contumace. Son oeuvre reflète avec intensité sa personnalité et sa vie. Hanté par la thèse nietzschéenne du dépassement, il a presque toujours vécu ses livres." (Source: "Saint-Loup, écrivain-guerrier, hanté par la thèse nietzschéenne du dépassement", postface de Philippe Randa au livre J'ai vu l'Allemagne de Saint-Loup aux éditions Le Flambeau, 1994.)

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 14:50

La Bella Principessa"La provenance, longtemps contestée, du Profil de la Belle Princesse vient d'être établie au terme d'une longue enquête scientifique. Léonard de Vinci est bien l'auteur de ce dessin" (Source: lefigaro.fr).

 

"la beauté n’est pas un accident. – La beauté d’une race, d’une famille, sa grâce, sa perfection dans tous les gestes est acquise péniblement : elle est, comme le génie, le résultat final du travail accumulé des générations."

 

Nietzsche in Le Crépuscule des idolesFlâneries inactuelles §47

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 13:56

Saint-Loup"Ecrivain "engagé", il a joué sa vie dans les climats géographiques et politiques les plus hostiles du monde, dans le temps où d'autres construisaient leur légende aux terrasses des cafés littéraires. Il est souvent l'homme de ses livres. Toute son oeuvre est dominée par la nostalgie du surhomme. Il opère comme un biologiste cherchant à sauver une espèce en voie de disparition. Son oeuvre est donc essentiellement pessimiste... Le surhomme reste prisonnier de l'homme. (...) Et, cependant, cet impossible surhomme est remis inlassablement en chantier après chaque échec. Après l'homme de la LVF, celui des Nostalgiques! Saint-Loup traduit le mouvement même de la vie."

(Source: présentation de l'écrivain Saint-Loup par son éditeur Les Presses de la Cité sur la couverture du roman "Le sang d'Israël", 1970.) 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 14:32

d'Orcival"Saint-Loup est l'écrivain des guerres d'enfer, des mythologies. Le surhumain (l'homme vu à travers Nietzsche) l'a frappé, dans ce déchaînement du fer, du feu, du sang." (François d'Orcival dans Le Spectacle du monde, juillet 1968. Source: Saint-Loup Qui suis-je? de Francis Bergeron, Pardès, 2010.)

Partager cet article
Repost0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 14:21

Esprit du Monde-copie-1"Nietzsche introduit en effet ce dieu aryen dans une Europe extenuée. Il veut s'en faire l'évangéliste. C'est un acte désespéré, il ne l'ignore pas. (...) Nietzsche veut lui aussi être l'initiateur d'une révolution; cette fois à l'échelle d'un vieux continent où les valeurs gagneront à être transmuées et la morale revisitée, revitalisée, sauvée de la rigidité de deux mille ans de préceptes et d'interdits. Au monothéisme prosélyte, le fils présumé de Dionysos substitue un principe libérateur. Contre le dogme, il encourage à hisser l'intelligence au-dessus de la mêlée formée par cette foule - les mouches de la place publique - qui ne veut pas entendre parler d'un homme appelé à se dépasser." (Source: Esprit du Monde, Oeuvres en perspectives de Bruno Favrit aux éditions Auda Isarn.)

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 15:15

couverture Nietzsche[1]Critique de l'écrivain Olivier Mathieu à l'essai Nietzsche Hyperboréen ou l'école du Surhomme d'Olivier Meyer (éditions du Lore, 2011):

 

"Frédéric Nietzsche vécut de 1844 à 1900. Mais, à dire vrai, indiquer ses dates de naissance et de mort m'a toujours semblé assez vain, tant ce philosophe - cet artiste, ce poète - allemand fut, avant tout, quelqu'un que j'aimerais définir (et qui a déjà été souvent défini (1) comme "un combattant contre son époque".

Ce qui me frappe dans ces dates (1844-1900), c'est que Nietzsche semble avoir voulu en quelque sorte éviter de vivre au XXe siècle: comme s'il avait deviné à quel point ce siècle serait laid et vain. Je ne peux m'empêcher de dire, ici, ce que j'ai déjà écrit dans un de mes propres livres, à savoir que Nietzsche est né le 15 octobre (et moi, le 14 de ce mois). Il y a en tout cas sans doute plus qu'une simple coïncidence dans le fait que Nietzsche (en quelque sorte annonciateur de la mort de la civilisation européenne) soit né dans les jours d'octobre dont les astrologues (je parle d'astrologues sérieux) et les ésotéristes connaissent le poids symbolique particulièrement fort, de ce point de vue.

Et puis, non seulement une partie de son oeuvre - si riche et si complexe! -. fut publiée après sa mort (2), non seulement cette oeuvre est d'une certaine façon inachevée, mais encore Nietzsche a écrit - comme chacun sait - en allemand. Et l'un des problèmes réside dans le fait que nous le lisons généralement dans des traductions françaises. Et que ces traductions, selon leur auteur (et, donc, selon la période historique de leur publication) diffèrent les  unes des autres. Il arrive parfois que deux traductions d'un même texte de Nietzsche ne se ressemblent que de façon très lointaine. Ou encore, il est bien connu que les traducteurs, ou les philosophes, ne traduisent pas de la même façon certains termes. Parmi ces termes, ainsi, celui de "Surhomme".

C'est que le français "surhomme", l'italien "superuomo", voire l'anglais "Superman" (toutes traductions de l'allemand "Ubermensch") ne peuvent certes pas être neutres, notamment selon qui l'emploie, et à quelle époque il l'emploie. Chacun, donc, donne en quelque sorte son interprétation. Chacun suit sa propre méthode. Chacun fait ses choix de vocables, et ces choix ne sont jamais gratuits.

C'est ces questions qu'Olivier Meyer, lui aussi, a dû affronter et résoudre. Il le fait à sa façon, dans un livre qui n'est pas exagérément épais, mais fort bien construit. Un livre (dont la couverture aussi - pourquoi ne pas le dire? - est à mon avis très réussie) qui a l'excellente idée de laisser, la plupart du temps, la parole à Nietszche en personne. Et un livre qui n'hésite pas à reporter, dans son titre donc sur sa couverture, les mots (voilà qui n'est certes pas banal!) : "Ecole du Surhomme"... Des mots  qui, c'est à craindre, et vu que nous sommes en France et en 2011, pourront  faire grincer quelques dents!

S'il nous faut tenter de donner en quelques mots - dans les limites de cette brève recension - une définition de ce "Surhomme" chez Nietzsche, alors le Surhomme nietzschéen est celui qui développe (ou qui développera) au mieux sa "volonté de puissance"; c'est celui qui se situe (ou qui se situera) au-delà du bien et du mal; c'est celui qui défend ses droits, avec passion et véhémence si nécessaire, contre les esprits médiocres. Certes, il existe des différences, en Nietzsche, entre ce que nous appellerions le noyau central et initial de sa philosophie, au temps de sa jeunesse; et celle qu'il développera dans les dernières années de son existence, celles de la maladie (à partir de 1879) et de l'errance d'une maison de repos à une autre jusqu'à l'apparition de la "folie" (1889) et jusqu'à la mort. Mais pour citer en substance Giovanni Semprini (3), "Nietzsche affirme la vie supérieure de l'esprit. Il fut d'abord influencé par les pessimistes et par le naturalisme; ses inspirateurs sont Schopenhauer et Wagner. Dans "Zarathustra", le Surhomme est encore celui qui a foi dans la vie, accepte joyeusement l'existence, éprouve les extrêmes du bonheur et du malheur".

Tout ceci, naturellement, demanderait encore des précisions et des développements. Mais s'il est vrai que rien ne peut remplacer la lecture de l'auteur en personne, c'est-à-dire Nietzsche, il est exact que le lecteur trouvera utilement maintes de ces précisions, et maints de ces développements dans le livre d'Olivier Meyer.

Nietzsche, c'est l'homme hors du temps. C'est, pour reprendre les propres termes (4) du philosophe (lettre à Von Bülow, 22 octobre 1897), "l'homme qui n'a pas eu, et, en vérité, qui n'a pas voulu avoir de présent".

Homme hors du temps, donc au dessus du temps... Actuel ou inactuel, Nietzsche? C'est la grande question...

A-t-il existé, hier, des tentatives d'une "école du Surhomme"?... Et surtout : peut-il, pourra-t-il encore en exister, demain voire aujourd'hui ? Que le "Surhomme" soit à entendre comme un "homme supérieur" ("surhomme" caricatural qui correspond assez bien à... Superman, le personnage américain), ou alors comme à quelque chose qui doive "dépasser" l'Homme, force m'est de dire que l'on ne va pas dans la bonne direction...

Il me semble que le vingtième siècle a été, dans l'immense majorité des cas, le siècle des nains. Et quant à l'humanité de demain, promise par les savants de l'époque d'Obama et de Sarkozy (j'entends par là - car tel est le scénario des vingt années à venir, je prends date -  l'humanité du clonage; l'humanité des manipulations génétiques; l'humanité des opérations chirurgicales qui te font changer de sexe; l'humanité des robots qui seront onmiprésents; l'humanité des transportations sur Mars; l'humanité de l'hypertechnologie, l'humanité de la surveillance électronique constante de qui que ce soit par Big Brother; l'humanité du contrôle de la pensée à des fins "démocratiques";  l'humanité qui est déjà "microchipée" plus ou moins à son insu, en 2011, et le sera toujours davantage; l'humanité ivre de "liberté" et dont des millions d'individus se "fichent" eux-mêmes sur Facebook...), cette humanité n'aura rien, non, vraiment rien de surhumain ou de nietzschéen.

Il convient donc, tant qu'il en est encore temps, de lire l'ouvrage d'Olivier Meyer." 

 

     

(1) Cf. R. Steiner, "F. Nietzsche, Ein Kämpfer gegen seine Zeit", Dornach, 1926.

(2) Notamment "Ecce Homo. Wie man wird, was man ist", qui fut publié en 1908, et "Der Wille zur Macht" ("Volonté de Puissance"), qui fut publié en 1906 et 1907.

(3) Dans cet ordre d'idées, celui de définitions relativement simples, on  consultera par exemple Giovanni Semprini,  "Piccolo Dizionario di coltura filosofica e scientifica" (en français : "Petit dictionnaire de culture philosophique et scientifique"), éditions Athena, Milan, 1931.  A noter que Nietzsche était mort fort peu de temps auparavant, et que les premières traductions de son oeuvre apparaissent, en Italie, vers 1930. Le terme de "Surhomme", dans l'ouvrage de Giovanni Semprini, est analysé à la page 452. L'article sur Nietzsche se trouve quant à lui à la page 330.

(4) Voir l'édition italienne de "Généalogie de la Morale", éditions Adelphi, première édition juin 1984, page 165.

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 11:30

couverture Nietzsche[1]Publication de l'essai Nietzsche Hyperboréen ou l'école du surhomme d'Olivier Meyer aux éditions du Lore (http://www.ladiffusiondulore.fr/310-nietzsche-hyperboreen-ou-l-ecole-du-surhomme.html), un essai révolutionnaire sur Nietzsche et sa vision du monde hyperboréenne jusqu'alors occultée. Présentation de la quatrième page de couverture:

« Regardons nous en face. Nous sommes des Hyperboréens ». Ce jugement de Nietzsche tiré de L’Antéchrist répond à la question posée dans Le Gai Savoir :  « Que dit ta conscience ? – Tu dois devenir celui que tu es. » Nietzsche a montré la voie. Il a surmonté, dans un effort surhumain, son héritage familial protestant, sa culture chrétienne, son environnement social, le confort petit-bourgeois, sa carrière universitaire, pour devenir lui-même, un bon Européen, un Hyperboréen. Le surhomme est en vous. N’attendez plus, sortez du troupeau et devenez ce que vous êtes. Nietzsche Hyperboréen ou l’école du surhomme, inspiré de sa philosophie, constitue une véritable méthode du grand devenir nietzschéen. La décision est entre vos mains. « L’homme est quelque chose qui doit être surmonté. Qu’avez-vous fait pour le surmonter ? »

Partager cet article
Repost0