Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 21:03
L'essence de la vie

"La vie elle-même est essentiellement appropriation, agression, assujettissement de ce qui est étranger et plus faible, oppression, dureté, imposition de ses propres formes, incorporation, et, tout au moins exploitation."

Nietzsche, "Par-delà bien et mal" §259

Partager cet article
Repost0
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 20:08
Une noble idée de soi

"Les Grecs ne voyaient pas les dieux homériques au-dessus d’eux comme des maîtres, et eux-mêmes en-dessous des dieux comme des valets, ainsi que les Juifs. Ils ne voyaient en eux que le mirage des exemplaires les plus réussis de leur propre caste, partant un idéal, et non le contraire de leur propre être. On se sent parents les uns des autres, il se forme un intérêt réciproque, une espèce de symmachie. L’homme prend une noble idée de soi quand il se donne de pareils dieux, et se place dans une relation semblable à celle de la petite noblesse à la grande (...)"

Nietzsche, "Humain, trop humain" §114

Partager cet article
Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 21:33
Qu'est-ce qui est noble ?

"Une autre actualité de Nietzsche m'intéresse. C'est quand il énonce, dans la foulée de « la mort de Dieu », que, désormais, ça va être « plèbe en haut et plèbe en bas ». Autrement dit, nous avons perdu le sens d'une hiérarchie des valeurs, du goût, des pensées, tout ce qui définit l'ensemble d'une civilisation. Il se demande : « Qu'est-ce qui est encore noble? » Ce qu'il appelle l'aristocratie a disparu. Bien entendu, il ne s'agit pas d'une noblesse de privilège, tombée avec la Révolution, il ne s'agit pas non plus d'admirer les mariages princiers ou d'applaudir la « peopolisation » à outrance, qui sont la vulgarité même, de gros spectacles plébéiens, voracement avalés par la foule. Voyez la grande cérémonie à Londres pour le mariage de ce prince. Plèbe en bas, dans la foule, devant les écrans, plèbe en haut, où les people se battent pour être assis près de la reine d'Angleterre. Qu'est-ce qui est noble ? Ce n'est donc pas une noblesse de privilège ou de nouveaux riches, de stars, mais la noblesse d'esprit, la nouvelle déclaration des droits de la noblesse d'esprit, des esprits libres libérés de « l'instinct de troupeau ». Et où la trouve-t-il? Chez les Grecs bien sûr. Mais aussi dans l'esprit français, les Lumières françaises. Il admire Voltaire, à qui il dédie Humain, trop humain, Voltaire qui a pour lui la qualité du Grec antique, la vitesse d'esprit, le goût pour le style, l'intérêt pour la langue mais aussi l'humour, l'insolence française et ce refus de l'abêtissement religieux..."

Philippe Sollers, "Où en sommes-nous avec Nietzsche ?" in "Le Monde", Hors–série, Une vie une oeuvre Friedrich Nietzsche, L’Éternel retour, juin 2011.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 20:21
Suprahumanism

"Nietzsche prophesied that the Earth will eventually belong to either the last man or to the superman. There are no other alternatives."

Daniel S. Forrest, "Suprahumanism", éditions Arktos.

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 20:12
Le nietzschéisme se manifeste dans le style. Nietzsche a ainsi pu écrire : "mon style est une danse" (in "Le Crépuscule des idoles") et comparer "Ainsi parlait Zarathoustra" à une symphonie. Olivier Meyer, auteur du "Guide des citations Nietzsche" et de l'essai "Nietzsche Hyperboréen ou l'école du surhomme", a défini le surhumanisme comme une question de style : "Le style c'est l'homme. Le grand style, le surhomme." Dès lors soyez stylés en suivant les conseils de rédaction prodigués par Nietzsche à Lou Salomé en 1882 :
  1. Le dynamisme est la première nécessité : un style doit être vivant.
  2. Un style doit être adapté à la personne avec laquelle vous souhaitez communiquer (loi de la relation mutuelle).
  3. On doit déterminer précisément ce que l’on souhaite dire avant d’écrire. L’écriture doit être mimétisme.
  4. Etant donné qu’il manque à l’écrivain beaucoup des moyens de l’orateur, il doit par nécessité être très expressif dans sa présentation. Sinon sa copie écrite apparaîtra beaucoup plus fade.
  5. La richesse de la vie se révèle à travers une richesse de gestes. On doit apprendre à tout ressentir — la longueur des phrases, la ponctuation, le choix des mots, les pauses, la séquence des arguments — comme des gestes.
  6. Faites attention aux points. Seuls ceux qui peuvent parler longtemps sans respirer peuvent utiliser des points. Pour la plupart des gens, les points relèvent de l’affectation (i.e. avoir aussi recours aux autres signes de ponctuation).
  7. Un style doit démontrer que l’on croit dans les idées exprimées — pas seulement qu’on les pense mais aussi qu’on les ressent.
  8. Plus une vérité que l’on souhaite enseigner est abstraite, plus on doit d’abord s’adresser aux sens de ses interlocuteurs.
  9. La stratégie d’un bon rédacteur de prose consiste à s’approcher de la poésie sans jamais y céder.
  10. Ce n’est pas convenable ou intelligent d’interdire à ses lecteurs les plus évidentes objections. Il est largement préférable de laisser les lecteurs exprimer en dernier ressort la quintessence de la sagesse de l’auteur.
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 16:18

Nietzsche-par-Olivier-Carre.jpgNaissance il y a 170 ans le 15 octobre 1844 à Röcken en Prusse de Friedrich Nietzsche.

 

 

"Certains naissent posthumes."

 

Nietzsche in L'Antéchrist

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 09:54
"Vous devez chercher votre ennemi et faire votre guerre, une guerre pour vos pensées ! Et si votre pensée succombe, votre loyauté doit néanmoins crier victoire !
Vous devez aimer la paix comme un moyen de guerres nouvelles. Et la courte paix plus que la longue.
Je ne vous conseille pas le travail, mais la lutte. Je ne vous conseille pas la paix, mais la victoire. Que votre travail soit une lutte, que votre paix soit une victoire !"

Nietzsche in "Ainsi parlait Zarathoustra" - De la guerre et des guerriers
 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 11:05
Scarface.jpg"Lire Nietzsche, c'est se faire à bon compte une injection d'intelligence et d'énergie."

"Être nietzschéen, n'est-ce pas "se sentir plus", sortir du troupeau ? C'est chic, c'est fort, c'est élevé. Il n'y a pas plus corrosif et élégant : Nietzsche, c'est de la cocaïne intellectuelle."

Catherine Golliau, rédactrice en chef au journal Le Point, citations extraites du hors-série du Point sur Nietzsche dans la collection "Les maîtres-penseurs" (juin-juillet 2013, numéro 14).
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 15:26

Monstres.jpg« Mike, je lui ai dit, poète, écrivain, décadent. Quasi nietzschéen ». Cet extrait du recueil de nouvelles « Monstres » de Mike Kasprzak aux éditions Les Occultés (link) tirée de la nouvelle « Auteur, éditeur et coup de boule » résume  bien le pédigrée de l’auteur. Il y a du nietzschéen chez Kasprzak, la figure du lion en particulier décrite par Nietzsche dans le discours sur les trois métamorphoses de l’esprit dans « Ainsi parlait Zarathoustra », la phase de nihilisme actif, de destruction des anciennes valeurs, l’heure du grand dégoût pour un nouveau départ,  une nouvelle noblesse (Lire la nouvelle « Faire rugir les lions »). La noblesse chez Mike Kasprzak,  est, à l’instar de Céline, dans le style, une écriture écrite avec son sang, une littérature avec des couilles qui regarde la réalité en face, sans fard ni fioritures (Lire la nouvelle «Sûrement une ville comme une autre»). Les Monstres ce sont les hommes modernes (Lire « Docteur Parfait »), les esclaves du travail, du bonheur, sans désir (Lire « Comme moucher la vulve de Dieu »), sans passion ni élan créateur. Alors l’auteur boit et se bat (Lire « Danse avec la mort ») pour tuer l’esprit de lourdeur, la grisaille de la routine, la vie du troupeau. Le danger serait de verser dans le nihilisme et la tentation est grande pour cet admirateur de Dostoïevski  qu’il appelle Dosto, comme un frère spirituel. Mais Mike Kasprzak est un écrivain et son style surhumain transforme le plomb de la vie en or littéraire avec le panache du guerrier de l’esprit qu’est le surhomme quand, par exemple, il écrit que son histoire est « un coup d’épée dans une armée de cadavres » et que « seule compte la guerre. La guerre entre soi et le reste du monde.  Seul compte de faire rugir les lions sauvages. » Vous avez dit quasi nietzschéen ?

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 09:51
Visage à l'aigle Tremois"Ou bien, semblable aux aigles, qui regardent longtemps,
longtemps, le regard fixé dans les abîmes,
dans leur abîmes : — —
ô comme ils planent en cercle,
descendant toujours plus bas,
au fond de l’abîme toujours plus profond ! —...
puis
soudain,
d’un trait droit,
les ailes ramenées,
fondant sur des agneaux,
d’un vol subit, affamés,
pris de l’envie de ces agneaux,
détestant toutes les âmes d’agneaux,
haineux de tout ce qui a le regard
de l’agneau, l’œil de la brebis, la laine frisée
et grise, avec la bienveillance de l’agneau !

Tels sont,
comme chez l’aigle et la panthère,
les désirs du poète,
tels sont tes désirs, entre mille masques,
toi qui es fou, toi qui es poète !…

Toi qui vis l’homme,
tel Dieu, comme un agneau — :
Déchirer Dieu dans l’homme,
comme l’agneau dans l’homme,
rire en le déchirant —

Ceci, ceci est ta félicité !
La félicité d’un aigle et d’une panthère,
la félicité d’un poète et d’un fou ! »…"

Nietzsche in "Ainsi parlait Zarathoustra" - Le chant de la mélancolie
Partager cet article
Repost0