Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 16:46

Nietzsche n’est jamais allé en Corse et pourtant l’île de beauté tient une place importante dans l’œuvre de Nietzsche. C’est tout le mérite du livre passionnant de Thierry Ottaviani "Nietzsche et la Corse" aux éditions Maïa de mettre en lumière ce tropisme corse méconnu du philosophe. Nietzsche projetait d’écrire « La Volonté de Puissance » en Corse en raison des vertus viriles prêtées aux insulaires incarnées dans la figure du bandit d’honneur et la vendetta. Dans ses fragments, notes écrites concomitantes à l’écriture de son œuvre, Nietzsche écrit « comme en Corse » au sujet de la communauté d’hommes supérieurs décrits dans la quatrième partie d’« Ainsi parlait Zarathoustra ».  Nietzsche cherche chez les Corses l’idéal surhumain qu’il a entrevu chez Napoléon, le triomphe du type guerrier, fier et viril. Malheureusement Nietzsche de santé fragile, ne mènera pas à bien son projet de déplacement en Corse. Il n’en demeure pas moins que la Corse reste pour Nietzsche une île bienheureuse à l’instar des îles décrites dans « Ainsi parlait Zarathoustra », un idéal terrestre, matrice et laboratoire possible du Surhomme.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 18:02

Publication du roman Baldr au Helheim de l'écrivain nietzschéen Olivier Meyer, animateur de la Nietzsche Académie :

 

"La lé­gende ra­conte que Bal­dr, dieu nor­dique de la beau­té et de la bon­té, tué par le gé­n­ie du mal Lo­ki, vit au Hel­heim, le royaume des morts. L’homme blanc est Bal­dr au Hel­heim. Le monde mo­derne l’a tué et il vit par­mi les Hel­hei­mer, les hommes morts-vi­vants qui ne savent plus ai­mer et ont per­du le sens du beau et du bien. Bal­dr au Hel­heim est le ré­c­it de la quête de Bal­dr pour re­t­rou­ver As­gard, le royaume des dieux blancs et leur poé­sie su­pé­rieure." 

Partager cet article

Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 00:00

Nietzsche s'est rendu à cinq reprises à Venise de 1880 à 1887. C'est l'objet d'études du livre fort intéressant "Nietzsche et Venise" de Paul-Eric Blanrue aux éditions Fiat Lux. Plus qu'un livre comme le précise le sous-titre c'est un guide initiatique, initiation à un certain esprit européen cher à Nietzsche, loin du tourisme de masse, renouant avec l'esprit aristocratique, celui du beau et du vrai. Depuis sa démission de l'université de Bâle en 1879, Nietzsche voyage en Europe en quête de grande santé et d'un climat propice à l'élaboration de son oeuvre surhumaine. Venise fait partie des "îles bienheureuses" où Nietzsche a aimé se ressourcer et créer. "Aurore" intitulé dans un premier temps "L'Ombre de Venise" a été dicté à Venise. Les épreuves de la quatrième partie d'"Ainsi parlait Zarathoustra" ont été corrigées à Venise. Si "Nietzsche et Venise" se lit comme un guide pratique avec plein de détails géographiques qui plairont aux touristes éclairés, il regorge par ailleurs d'anecdotes biographiques qui plairont également aux nietzschéens avertis, comme de savoir que Nietzsche a comparé les galeries de la place Saint-Marc aux portiques d'Ephèse où le philosophe présocratique Héraclite conversait avec ses élèves, renouant ainsi avec cette comparaison avec le fil de la vraie tradition européenne.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 20:05

"Nous approuvons la doctrine de Zarathoustra, selon laquelle l'homme doit être dépassé par le surhomme. Nous n'y voyons pas une exigence morale, mais une nécessité historique. Le stade suivant sera le nécessaire dépassement du surhomme : il se brisera sur l'humain, qui tirera de cette rencontre une puissance supérieure."

 

Ernst Jünger, "Héliopolis"

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 21:18
Conversation avec l'éclair

"Conversation avec l'éclair" est un pamphlet nietzschéen. Je l'ai écrit pour mes frères en Nietzsche, solitaires et fiers comme l'aigle, en lutte avec le parc humain. C'est un écrit de combat pour sauver l'âme européenne du néant moderne.

"Où donc est l'éclair qui vous lèchera de sa langue ?" a écrit Nietzsche dans "Ainsi parlait Zarathoustra". Mais entre vos mains... Conversation avec l'éclair.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 13:33
Fort à faire

"Plus tard, j'ai été réveillé par une volée de vociférations au milieu desquelles perçait cette phrase sensée : "La fatigue est le chemin le plus court vers l'égalité et la fraternité..." (C'est plus tard, tandis que je rédigerai ces lignes que je ferai la connexion avec Le Voyageur et son ombre. Je suppose que l'esprit de Nietzsche éducateur avait pénétré le subconscient de Mat pour rejaillir cette nuit-là en étincelantes flammèches.)"

Bruno Favrit, "Fort à faire", éditions Auda Isarn.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 20:22
Ceux d'en haut

"- Je sais ce que tu es, lui dit-elle. J'en ai reçu en quelque sorte la révélation cette nuit.
- Méfions-nous des raccourcis et des jugements hâtifs. Tu ne me vois pas comme je suis en réalité. Il y a ces traits de caractère que chacun porte mais dissimule puisqu'ils ne peuvent jamais être à son avantage.
- Laisse-moi terminer. Je t'ai vu évoluer en ma présence, ces quelques jours après avoir lu ton oeuvre. Ta vie est en adéquation avec elle.
- Voilà que tu cherches à m'étiqueter ! Mais je n'ai rien d'un surhomme, je suis même malade, sais-tu ; le contact de mes semblables me fragilise considérablement.
- Oui, tu es malade de leur médiocrité.
- Admettons que tu aies raison, il faudra le garder pour toi. Car la vie n'a pas d'école et ses partisans se sont tus. Ceux qui ne la conçoivent pas comme volonté de puissance sont plus nombreux que jamais. Oui, il y a une réelle aversion face à ce qui pourrait élever l'homme. Ce à quoi se vouent les Vilrac, qui ne supportent pas qu'au sein d'une communauté, des castes se dessinent tout naturellement, malades/bien portants, exploitants/exploités. Tout part de la volonté ou de la non volonté d'être. Une vérité aveuglante mais qu'un élément du commun ne peut évidemment admettre. La perspective de vivre et de mourir comme un homme ordinaire, c'est ce qu'Epictète t'invite à rejeter. Mais tu n'en fais pas forcément le choix. Cette perspective est ou n'est pas en toi. Et l'éducation n'y rentre que pour une faible part. Ah ! Ce ne sont que des mots ! ponctua-t-il. Et qui ne mènent à rien. Nous manquons de motifs d'action, voilà tout.(...)"

Bruno Favrit, extrait de "La voie hérakléenne" in "Ceux d'en haut", recueil de nouvelles aux éditions Auda Isarn, 2007

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 16:08
Une philosophie de la hauteur

"Celui qui plane sur les plus hautes montagnes se rit de toutes les tragédies de la scène et de la vie."

Nietzsche, "Ainsi parlait Zarathoustra" - Lire et écrire

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 19:46
Drieu le nietzschéen

"Frédéric Grover - L'une des grandes admirations de Drieu - et ceci dès son adolescence - a été Nietzsche. Lorsqu'il parle de vos oeuvres, il est très sensible à leur aspect nietzschéen. Qu'était le Nietzsche de Drieu ?
André Malraux - Eh bien c'était d'abord le grand irrationaliste. En second lieu, l'initiateur à la pensée orientale [aryenne - nda], l'homme de l'Eternel retour. Et enfin ce qu'il appréciait dans tous les écrits de Nietzsche c'était la magnifique générosité de l'intelligence."

Frédéric J. Grover, "Six entretiens avec André Malraux sur des écrivains de son temps", ed. Gallimard, 1978.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 21:03
L'essence de la vie

"La vie elle-même est essentiellement appropriation, agression, assujettissement de ce qui est étranger et plus faible, oppression, dureté, imposition de ses propres formes, incorporation, et, tout au moins exploitation."

Nietzsche, "Par-delà bien et mal" §259

Partager cet article

Repost0