Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 11:15

Les derniers feux du bel été"Chaque mépris de la vie sexuelle, chaque souillure de celle-ci par la notion « impure » est le crime même contre la vie, – le véritable péché contre le saint esprit de la vie."

 

Nietzsche in Ecco homoPourquoi j’écris de si bons livres §5

 

Le sexe est le saint esprit de la vie. Le judéo-christianisme a perverti Eros - comme le reste d'ailleurs. Tout bon Européen qui a un esprit sain jouit du sexe comme de la vie, c'est-à-dire naturellement, sans tabou et avec joie. C'est dans cet esprit que l'écrivain nietzschéen Olivier Mathieu dont c'est aujourd'hui l'anniversaire - bons 52 printemps ami poète ! - publie un poème exaltant le saint esprit de la vie, tiré de son nouveau recueil de poésie Quand à la fin j'aurai mouru j'aurai fait ce que j'aurai pu, intitulé "Epitaphe pour ma bite" :

 

"Elle eut froid, elle eut chaud, ma queue,

Elle eut chaud dedans quelques fentes,

Chaud et doux dedans quelques bouches

Des femmes avec qui l’on couche!

Elle sortit de quelque chatte

- Quand le microbe y pullulait -

En montrant noire ou rouge patte,

C’est souvenir qui me déplaît!

Elle eut froid, elle eut chaud, ma queue,

Elle eut chaud dedans quelques fentes.

L’époque de ses excès feue,

C’est d’un ancien passé l’Infante.

Moi mort, que ma bite aura froid

Au fond d’un trou, au cimetière!

Car du dard qui fouilla maint con

(Maint con mouillé, si l’on m’en croit),

Il ne restera sous la terre

Que sa chair en putréfaction,

Et ce penser, un peu, m’atterre.

L’époque de tout excès feue,

L’Infante d’hier, c’est ma queue!

Il ne restera sous la terre

Que rien, moins qu’un peu de poussière:

Las! Qu’est loin le temps des batailles

Où jeunette et brunette taillent

Pipe – et il faut que je m’en aille

Au cimetière où tous habitent,

Beaux seins, jolis culs – et ma bite!"

 

"Epitaphe pour ma bite" d'Olivier Mathieu tiré du recueil de poésie Quand à la fin j'aurai mouru j'aurai fait ce que j'aurai pu, éditions des Petits Bonheurs, 2012.

Le corps est esprit, le sexe aussi. La littérature sans estomac, très peu pour moi. La littérature sans couilles, c'est bon pour les nouilles. Le style c'est l'homme, prends-en de la graine sous-homme. Lis-moi ça et avale ma "Giclée verbale" :

 

"Ouvre grand la bouche

 

Ma prose fait mouche

 

Des traits d'esprit à grands jets

 

Qui giclent bien épais

 

Le mot est gros

Le verbe bien haut

Tu sens ma poésie

Le désir aussi

La langue française

Se conjugue comme une baise

Conditionnel passé

Pûtes susses déclinés

Font du Français un homme bien élevé."

 

Aristéas"Giclée verbale" d'Olivier Meyer tiré du recueil de poésie Aristéas.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Nietzsche académie - dans Kultur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nietzsche Académie
  • Nietzsche Académie
  • : Académie de philosophie nietzschéenne.
  • Contact

Recherche