Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 18:55

Anatoly LivryRéponses au questionnaire de la Nietzsche académie d'Anatoly Livry, philosophe, homme de lettres, auteur d’une thèse de doctorat « Nabokov le nietzschéen »  éditée chez « Hermann »

 

- Quelle importance a Nietzsche pour vous ?

Nietzsche est un maître à penser et donc un éducateur de l’existence. Le percevoir comme le dresseur de l’humanité à venir fut l’un des Big Bang de ma création philosophico-littéraire.

 

- Etre nietzschéen qu'est-ce que cela veut dire ?

Être anatomiquement et physiologiquement apte à capter le message de Nietzsche, autrement dit : appartenir à une élite qui devient un genre supérieur d’homo en surpassant sa condition de sapiens, voilà ce qu’est être nietzschéen. Cela suppose donc de sentir à tout moment le gouffre nous séparant de cette humanité qui a mal tourné et qui, par vengeance instinctive, nous exterminerait. Contempler les Terriens bipèdes qui aspirent à une « humanité » en les considérant comme une infinie multitude de genres inégaux les uns par rapport aux autres, que ceux-ci aient disparu, soient voués à l’anéantissement ou se hasardent dans un avenir dangereux, c’est aussi être nietzschéen.

 

- Quel livre de Nietzsche recommanderiez-vous ?

Je ne recommande jamais de livres de Nietzsche, cela serait une forme de sacrilège pour moi. Moi-même, j’ai découvert Nietzsche en URSS, procédant a contrario : ce que cette tyrannie socialiste fabriquant des sous-hommes qualifiait de « fasciste » fut une source de puissance et un outil de résistance à la laideur égalitariste. Les Européens contemporains auraient tout à gagner à suivre cet exemple.

 

- Le nietzschéisme est-il de droite ou de gauche ?

C’est une manie des Occidentaux des dernières décennies, contaminés par l’atmosphère de la ploutocratie – appelée par leur arrogante inculture « démocratie » – que de discriminer le monde par la vision dextre ou sinistre de la gestion de la cité. Par essence, Nietzsche sort de la polis en brisant ses règles, tout comme il libère par-delà l’humain. J’enseigne qu’il appartient à l’humanité, pour se surpasser selon les préceptes de Nietzsche, de faire un retour sur le plan religieux et civique afin de retrouver sa capacité antique à reconnaître les dieux, à s’inspirer de leur partie qui lui est accessible, voire à s’accoupler à elle, se dépouillant donc de la pesanteur de la dialectique prostituée par le socratisme. Voilà l’un des enseignements de Nietzsche que je prolonge et développe à ma façon et ceux qui s’acharnent à l’enfermer dans un cadre trop accessible, empêchant ainsi l’ensauvagement dionysiaque de la future surhumanité, ne sont pas les destinataires de l'héritage nietzschéen.

 

- Quels auteurs sont à vos yeux nietzschéens ?

Je vous remercie de cette question, car un certain système universitaire français relativement dégénéré s’acharne de toutes ses forces à bloquer mes thèses sur Nabokov écrivain nietzschéen ou sur Ossip Mandelstam, un lettré d’origine juive, ayant surpassé sa judéité pour devenir un poète bachique, donc un païen nietzschéen. Les représentants d’un syndicat universitaire qui fut fidèle au parti communiste 15 ans après la chute de l’URSS ont fait une irruption officielle lors de la soutenance de ma thèse sur Nabokov et Nietzsche, me privant des « Félicitations » du jury. Arme de cette sous-humanité pseudo-académique, sa stupidité et son inculture : ils s’obstinent à niveler les auteurs nietzschéens – qui veulent livrer leur message supra-nuancé à leurs égaux – à un niveau compréhensible pour une prostituée soviético-syndiquée.

J’espère que ceux qui connaissent mon enseignement participeront à l’évasion de Mandelstam et de Nabokov hors de la maison de tolérance où ils furent vendus par des filles de joie titularisées par des facultés bolchéviques et fières de l’être puisque leurs fonctionnaires dissimulent leurs réflexes totalitaires sous une solide couche de crasse politiquement correcte.

 

- Pourriez-vous donner une définition du surhomme ?

Le Surhomme de l’helléniste Nietzsche, je ne cesse de le décrire dans mes travaux, que ceux-ci soient édités en France, en Russie ou dans la Nietzscheforschung  de la « Nietzsche Gesellschaft » berlinoise. Nietzsche y accède progressivement en décrivant tout d’abord l’Homme Élevé, un Supra-Androgyne inventé par un Aristophane platonicien et dont les différentes parties viennent d’humains et de bêtes. Et c’est Dionysos qui survient dans la phase finale d’Also sprach Zarathustra pour coller ces parties qu’il avait naguère désunies. Le Surhomme serait donc un océan d’une multicorporalité d’origines différentes qui serait capable de les reforger et de les faire vivre dans un cadre charnel uni. Tout cela ne présage rien de bon pour l’espèce dite « humaine » à laquelle nous sommes accoutumés.

 

- Votre citation favorite de Nietzsche ?

Je ne pourrai que mettre en garde avec Nietzsche cet « humain » expirant – tous les symptômes nous montrent son agonie : « Oh Mensch! Gieb Acht! »

Partager cet article

Repost 0
Published by Nietzsche académie - dans Entretiens
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nietzsche Académie
  • Nietzsche Académie
  • : Académie de philosophie nietzschéenne.
  • Contact

Recherche